Menu menu
  • Flux RSS
  • Twitter
  • Facebook
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • YouTube

Avancées scientifiques

Grande séquence pour un petit pois

Avancées scientifiques

La plante grâce à laquelle les lois fondamentales de l’hérédité ont été posées vient de voir son génome séquencé. Un consortium international, dirigé par l’INRA et impliquant le Genoscope, a publié le 2 septembre 2019 dans Nature Genetics la première séquence du génome du petit pois.
Petit par sa taille mais grand par son ADN ! Le génome du petit pois est particulièrement volumineux - 1,4 fois plus grand que le génome humain - et très complexe, car il contient de nombreuses séquences répétées.
Le petit pois (...)

#Environnement #Génomique #Laboratoires

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Bonne ou mauvaise nouvelle ?

2019

Des chercheurs de l’UMR Génomique métabolique (Genoscope - CEA/CNRS/Université d’Evry) ont découvert que la chlordécone se dégrade naturellement dans les sols antillais, libérant ainsi dans l’environnement des quantités importantes de produits de transformation. L’insecticide, qui contamine l’ensemble de l’écosystème antillais depuis plusieurs décennies, était jusque-là réputé non biodégradable. L’étude est publiée dans Environmental Science and Technology.
Chlordécone aux Antilles : un problème majeur (...)

#Environnement #Laboratoires #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

L’ADN endommagé pris en charge dans la (...)

2019

Les chercheurs du laboratoire SABNP (Inserm U1204, Genopole, Université d’Evry) et des collaborateurs scientifiques russes ont démontré que la protéine FUS est capable de rassembler l’ADN endommagé dans de grands compartiments aux propriétés liquides. Le mécanisme pourrait constituer un avantage dans le processus de réparation de l’ADN. L’article fait la couverture de Cell Reports (photo ci-contre). Notre ADN subit en permanence des dommages, au cours des réplications successives lors des divisions (...)

#Laboratoires #Plates-formes mutualisées #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Une application mobile pour l’antibio-résistance

2019

Le laboratoire LaMME (Laboratoire de mathématiques et modélisation d’Evry), en collaboration avec l’Unité de Génomique métabolique (Genoscope) et la Fondation Médecins sans Frontières, ont conçu une application qui diagnostique la résistance aux antibiotiques à l’aide d’un simple smartphone. Les chercheurs ont reçu une bourse de Google pour développer l’outil à grande échelle.
L’application fait appel aux techniques d’analyse d’image et une approche d’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique. (...)

#Bio-informatique #Laboratoires #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Un jalon pour une myopathie des ceintures

2019

L’équipe d’Isabelle Richard du laboratoire Généthon a démontré sur des modèles murins l’efficacité d’une thérapie génique pour une myopathie des ceintures parmi les plus fréquentes, la sarcoglycanopathie. Le gène-médicament porté par un vecteur AAV8 et administré par voie intraveineuse restaure l’expression du gène déficient (gène de la gamma-sarcoglycane) dans 75% à 100 % des fibres musculaires avec la plus forte dose testée. Les chercheurs ont constaté également que les fibres musculaires traitées résistent (...)

#Laboratoires #Thérapie génique #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Sonder la diversité des ARN non codants

2019

© IBISC - Louis Becquey UN OUTIL NOVATEUR POUR SONDER LA DIVERSITE DES ARN NON CODANTS
Le laboratoire génopolitain IBISC (Informatique, Bio-informatique et Systèmes Complexes - Université d’Evry / ENSIIE), en collaboration avec les biologistes d’IPS2 (Institut des Sciences des Plantes de Paris-Saclay), a mis au point une nouvelle méthode bio-informatique d’identification des ARN non codants. L’objectif est de séparer les ARN non codants des ARN codant pour la synthèse d’une protéine, tout en (...)

#Bio-informatique #Génétique #Laboratoires

  • Lire la suite
  • Articles similaires

La chimie du vivant dévoile son potentiel

2019

L’équipe de Chimie Organique et Biocatalyse du Laboratoire de Biocatalyse et Métabolisme Synthétique (LBMS de l’UMR de Génomique Métabolique - CEA/CNRS/Université d’Evry) a découvert une nouvelle famille d’enzymes naturelles qui constituent une première étape vers une alternative durable pour la synthèse chimique des amines chirales, composés clés des médicaments. L’étude est publiée dans Nature Catalysis du 18 mars 2019.
L’unité de Génomique Métabolique sonde les capacités de la biodiversité, en particulier (...)

#Environnement #Génomique #Laboratoires

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Avancée informatique au bénéfice des maladies (...)

2019

Des recherches bio-informatiques du laboratoire Ibisc (Université d’Evry / ENSIIE) démontrent le potentiel d’un nouveau cadre de modélisation pour l’étude des maladies complexes. Les chercheurs ont conçu un modèle explicatif capable de rechercher des causes moléculaires des maladies. Ils ont défini les principes théoriques permettant de créer le système logiciel, puis validé sa pertinence sur le modèle biologique du cancer du sein.
Ce travail a fait l’objet d’une thèse de doctorat dirigée par Franck (...)

#Bio-informatique

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Structure de l’ARN : SABNP lève le voile

Focus

Le laboratoire SABNP (Structure et Activité des Biomolécules Normales et Pathologiques) découvre que la protéine YB-1 transforme l’ARN messager en un filament nucléoprotéique.
C’est la première fois qu’une structure de l’ARNm en filament linéaire est révélée. Les chercheurs suggèrent que la conformation étirée facilite la lecture de l’ARNm et sa traduction en protéines. Ces travaux précurseurs, publiés dans la revue Nucleic Acids Research du 3 janvier 2019, ouvrent la voie à de nouvelles découvertes sur les (...)

#Laboratoires #Plates-formes mutualisées #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

1re scientifique en thérapie génique

2018

L’équipe de Généthon dirigée par Federico Mingozzi a démontré sur des modèles animaux la possibilité de traiter par thérapie génique une seconde fois, sans induire de réponse immunitaire. Les résultats de l’étude ont été publiés le 5 octobre 2018 dans Nature Communications.
C’est une première scientifique : grâce à des nanoparticules de rapamycine, un immunosuppresseur développé par la Biotech américaine Selecta Biosciences, les chercheurs sont parvenus à ré-administrer une thérapie génique par vecteur AAV, sans (...)

#Laboratoires #Thérapie génique

  • Lire la suite
  • Articles similaires