Ingénieur de recherche de l’Inserm, elle a initié une nouvelle interface entre l’Inserm et les associations de malades avec la création du Groupe de réflexion avec les associations de malades (GRAM) et de la Mission Inserm Associations de l’Inserm qu’elle anime pour développer le dialogue et le partenariat entre la recherche et près de 370 associations de malades, de personnes handicapées et de leur familles.

Son parcours professionnel traduit l’évolution de son intérêt pour l’interface entre science et sociéte, puisqu’elle a débuté sa carrière comme Responsable du service de presse de l’Inserm, puis du Service de communication externe, et à partir de 1997, s’est impliquée dans plusieurs programmes ayant trait aux nouvelles approches de la participation des citoyens dans la recherche.

Elle a participé a plusieurs comités de pilotages de conférences de citoyens (la conférence sur les OGM organisé par l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques en 1998 et celles sur les nanotechnologies organisée par la région Ile de France en 2009).

Elle s’est également inscrite dans la réflexion européenne sur les objectifs et méthodes de participation des groupes issus de la société civile en étant membre de plusieurs réseaux et consortiums européens tels le réseau « Europta » et actions coordonnées « Cipast » et « Capoiera ».