Benjamin Coriat, économiste, professeur des universités au Centre d’économie Paris Nord (Paris 13 / CNRS)

Après avoir rappelé les principaux problèmes qui naissent de l’existence de systèmes de droits de propriétés intellectuelles qui permettent et/ou favorisent la brevetabilité de connaissances « de base », la présentation s’attache à une réflexion sur la construction de « communs » en tant qu’alternatives à la privatisation des connaissances. La notion de Communs est rappelée et définie à partir notamment des travaux d’E. Ostrom. Sont précisées les particularités de ce qu’on désigne comme des « Knowledge commons ». L’intérêt de ces outils juridiques est qu’ils permettent de se situer hors du débat pour/contre les DPI en offrant des solutions qui, en assurant une distribution des droits (et/ou des attributs des droits) entre parties prenantes, favorisent la mise en place de normes diverses d’accès partagé à la connaissance. Au-delà ils peuvent aussi permettre la constitution d’entités regroupant des partenaires multiples associés dans la production de l’innovation et le partage de ses bénéfices.

- Téléchargement des PDF de la Session 1