Deux laboratoires de Genopole, LGRK et I-Stem, unissent leurs expertises sur les cellules souches humaines et découvrent une cible moléculaire majeure pour améliorer le potentiel régénératif des greffons de peau.

Le Laboratoire de génomique et radiobiologie de la kératinopoïèse (LGRK – CEA) est spécialiste des cellules souches de la peau et I-Stem (AFM-Téléthon / Université d’Evry / Inserm) est le plus grand laboratoire français de R&D dédié aux cellules souches pluripotentes humaines, d’origine embryonnaire ou obtenues par reprogrammation génique (iPS). Ensemble, ils ont démontré que le facteur de transcription KLF4 contrôle la prolifération des cellules souches cutanées et leur capacité à reconstruire un épiderme.

Les cellules souches présentes dans les couches profondes de notre épiderme ont un fort pouvoir de régénération. Utilisant ce potentiel, la bio-ingénierie développe des méthodes pour cultiver ex vivo ces cellules, dites « kératinocytes » (photo ci-contre), et produire des feuillets cellulaires. L’objectif est de remplacer les greffons classiques pour traiter les larges plaies et les brûlures graves (greffon obtenu par bio-ingénierie en photo ci-dessus - © LGRK, IRCM, CEA-Jacob).

Cellules souches de l’épiderme en culture
© LGRK, IRCM, CEA-Jacob

Dans un article paru le 21 octobre 2019 dans Nature Biomedical Engineering, les chercheurs démontrent que la diminution de l’expression du gène KLF4 pendant la préparation du greffon favorise une prolifération rapide de cellules souches fonctionnelles. Les kératinocytes ainsi amplifiés présentent un plus fort potentiel régénératif à long terme. Le facteur KLF4 se révèle également efficace sur les kératinocytes obtenus par différenciation de cellules souches pluripotentes. Les cellules souches embryonnaires et cellules iPS représentent en effet une voie complémentaire aux cellules souches adultes pour la production de greffons.

La découverte des laboratoires LGRK et I-Stem ouvre de belles perspectives pour la médecine régénérative de la peau.

Référence :
KLF4 inhibition promotes the expansion of keratinocyte precursors from adult human skin and of embryonic-stem-cell-derived keratinocytes. Nature Biomedical Engineering (2019)
doi.org/10.1038/s41551-019-0464-6

#Cellules souches #Laboratoires #Thérapie cellulaire